Festival Ouverture ! 2/2

Festival Ouverture ! 2/2


2e week-end de la quatrième édition du Festival Ouverture, qui se tiendra au Théâtre du Rempart à Semur-en-Auxois au mois d’octobre ! Un festival France Musique.

Vendredi 22 octobre / Danseuse, solo autobiographique – spectacle de MURIEL BOULAY
Une vie de danseuse, des premiers pas à l’école de danse aux derniers pas sur scène. Muriel Boulay explore sa mémoire et Une vie de danseuse, des premiers pas à l’école de danse aux derniers pas sur scène. Muriel Boulay explore sa mémoire et son parcours singulier qui traverse 25 ans de danse, classique puis contemporaine, de petit rat de l’Opéra de Paris (et comme protagoniste de la série télévisée L’Âge heureux) à Jean-Claude Gallotta, des Ballets Félix Blaska à l’Opéra de Lyon où elle est nommée danseuse étoile. Par la suite, Muriel Boulay devient maître de ballet au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, puis professeur de danse classique. Elle est par ailleurs professeur invité aux Ballets Preljocaj, à la compagnie DCA de Philippe Découflé… À mi-chemin entre récit et performance, Muriel Boulay révèle son quotidien, ses rêves et ses rencontres artistiques. Elle dit le corps, l’effort, les sensations et les émotions de la scène. Au fil du spectacle, photos et vidéos font revivre des réminiscences de chorégraphies. Journal intime et universel, Danseuse raconte l’histoire d’une artiste et une page de l’histoire de la danse.

Samedi 23 octobre / « Grande Première à Semur » : ALEXANDRE THARAUD, piano
Alexandre Tharaud, artiste mondialement connu, viendra à Semur-en-Auxois pour la première fois. Il partagera l’étendue de son talent dans un programme original composé d’œuvres chamarrées de Maurice Ravel (1875-1937), le Français originaire du pays basque, de Franz Schubert (1797-1828), le grand romantique allemand, et du Français Reynaldo Hahn (1874-1947), né à Caracas et aux origines à la fois basques et allemandes ! Il s’agira de pièces extraites du recueil Miroirs (1904-1906) de Ravel où le compositeur développe son nouveau langage harmonique souvent dans un style impressionniste que l’on retrouvera chez Hahn dans les pièces de « Versailles », le quatrième et dernier cahier de son recueil Le Rossignol éperdu (1899-1910). Tantôt brillants, tantôt méditatifs, les quatre Impromptus D.899 de Schubert, datés d’un an avant la mort du compositeur, clôtureront ce programme de « Grande première à Semur ».

Dimanche 24 octobre / Ravel et Debussy : les Quatuors – QUATUOR AROD
1er violon Jordan Victoria, 2e violon Alexandre Vu, alto Tanguy Parisot, violoncelle Jérémy Garbarg Le toujours surprenant et éblouissant Quatuor Arod met en regard deux chefs-d’œuvre de la musique française et plus globalement du répertoire classique. Composé en 1892-93, le Quatuor à cordes en sol mineur de Claude Debussy (1862-1918) constitue la première partition instrumentale d’envergure du compositeur et presque la seule où il fait preuve d’une telle fidélité aux formes traditionnelles : comme s’il souhaitait prouver sa maîtrise des conventions avant de s’en émanciper de façon audacieuse et singulière. Quelques mois après la création de l’œuvre, Paul Dukas écrit : « Tout y est clair et nettement dessiné, malgré une grande liberté de forme. [L’essence mélodique] suffit à imprégner le tissu harmonique d’une poésie pénétrante et originale. L’harmonie elle-même, malgré de grandes hardiesses, n’est jamais heurtée ni dure. » De Ravel (1875-1937), le Quatuor Arod jouera le Quatuor en fa majeur, œuvre élégante et éminemment française créée en 1904, remaniée en 1910. Cette œuvre de jeunesse, que Ravel dédie à son professeur Gabriel Fauré, est postérieure de dix ans au Quatuor en sol mineur de Debussy dont il s’est inspiré. Enthousiasmé, Debussy émet des critiques élogieuses sur l’œuvre et dissuada Ravel de modifier le finale comme le lui suggéraient ses éditeurs : « Au nom des dieux de la musique, et au mien, ne touchez à rien de ce que vous avez écrit de votre Quatuor ! ».

Photo ©Lou Sarda